Les Ailes du Vent

À Rennes et en Bretagne, Les Ailes du vent propose la pratique du Kinomichi, Taïso, Tchi-Kong et Shiatsu, toutes liées à l'énergétique corporelle.

L’association

Les Ailes du vent a pour objectif de développer la pratique du Kinomichi ainsi que différentes activités liées à l’énergétique corporelle (Taïso, Tchi-Kong, Shiatsu) sur l’agglomération rennaise et en Bretagne.

Elle a participé trois années consécutives à la manifestation « Tout Rennes au dojo » qui rassemble dans une ambiance conviviale une vingtaine de disciplines martiales. Dans le cadre de la manifestation « Un dimanche au Thabor » organisée par la ville de rennes enseptembre 2014, Les Ailes du Vent a présenté la chorégraphie « Der de der » sur le kiosque des jardins du Thabor.

Les Ailes du vent est inscrite depuis 2015 dans le dispositif « Bien dans son sport » organisé par la ville de Rennes et le CHU. Elle est également adhérente au Conseil des sports de Rennes, à la FFAAA ainsi qu’à sa la ligue régionale et est agréée par le ministère de la jeunesse et du sport n° 08 35 S 013.

Enseignant

Jean Michel Fradin, instructeur Kinomichi du centre Noro depuis 20 ans et ostéopathe D.O. Il est moniteur fédéral diplômé de la FFAAA (Fédération Française d’Aïkido, Aïkibudo et Affinitaires).

Un éventail de pratiques

Le Kinomichi, le Shiatsu, le Tchi-Kong des yeux et le Taïso peuvent être pratiqués de manière indépendante en cours individuel ou collectif. Par ailleurs, à travers le fil conducteur de la posture et sur demande, l’association peut également proposer des programmes individualisés de remise en forme qui mettent en œuvre ces différentes activités.

Un concept : une globalité corps-esprit

Entre le monde médical et celui du sport, dans l’espace du bien-être et de la prévention, Les Ailes du vent invite à la pratique de disciplines venues d’Orient. Le Kinomichi, le Shiatsu, le Tchi-Kong des yeux et le Taïso proposent de réunifier le corps et l’esprit dans une unité, de relier la pensée et l’action.

Ces activités de prévention replacent la personne au centre de la question de la santé. Elles conduisent à une redécouverte du bien-être lié à l’écoute de soi, l’écoute de l’autre et régénèrent l’individu sur le plan physique et mental.

Aussi, elles aident à retrouver conscience de soi, acceptation, compassion, calme, apaisement, pleine conscience, non-violence et ouverture à autrui.

La pratique de ces activités aide à atteindre un équilibre énergétique fondamental et à libérer des forces de vie positives afin d’accroitre les ressources tant psychiques que physiques. En améliorant cet équilibre, la personne se guérit d’elle-même et doute, pessimisme, agressivité, déprime, anxiété, etc., s’effacent peu à peu.

Équilibrer sa posture, se libérer du stress, se relier aux autres dans le mouvement, voir clair

Calendrier Stages avec Jean Michel Fradin 10 et 11 décembre 2016 14 et 15 janvier 2017 4 et 5 février 2017 Stages avec des intervenants extérieurs 19 et 20 novembre 2016, avec Françoise Paumard 25 et 26 mars 2017, « Le corps, le geste, la trace », co-animé par Jean-Michel Fradin (instructeur de kinomichi) et Gérard D’Artois (artiste en arts plastiques)

Détails des évènements Stage de kinomichi le 19 et 20 novembre 2016 avec Françoise Paumard

Françoise Paumard a débuté la pratique de l’aïkido en 1978 avec M. Noro, qu’elle a ensuite suivi dans son évolution jusqu’à la création du kinomichi et son développement.

C’est au début de son parcours une danseuse, formée en danse classique et moderne. Elle a travaillé au sein de compagnies de danse durant 5 ans. Elle s’est également formée à la pratique énergétique des massages, du shiatsu et de la méthode Erhenfried. Elle enseigne la gymnastique holistique depuis 2008.

C’est en 1981 qu’elle a débuté l’enseignement du Kinomichi, d’abord au sein de l’école de théâtre Alexandre Arbatt, puis aujourd’hui en cours réguliers au centre Assise à Paris. Elle anime ses propres stages en France et à l’étranger et enseigne également au sein de la Kinomichi International Instructors Association.

Françoise Paumard transmet et anime avec grand cœur et bonne humeur! Son expérience de techniques somatiques et énergétiques, enrichie de la pratique régulière de la méditation, constitue un plus qui irrigue sa pratique du Kinomichi.

Horaires Samedi: 14h30 à 19h Dimanche: 10h à 14h30 Tarifs 2 heures: 20€ 3 heures: 27€ La journée (4h): 32€ Le stage complet (8h): 60€ Porte « découverte » aux débutants les deux premières heures (20€) Lieu Dojo Robert Launay, Parc des Gayeulles, rue Pierre Nougaro, 35000 Rennes [Carte] Inscription/Renseignements Inscription préalable souhaitée avant le 7 novembre
Par téléphone: Jean Michel Fradin 06 32 01 34 64

Par courrier postal: Merci d’envoyer le bulletin d'inscription à l’adresse postale suivante: Association Les Ailes du Vent, chez Jean Michel Fradin, 70 bis Bd de Cleunay, 35000 Rennes

Par courriel: Merci d’envoyer par mail les informations demandées dans le bulletin d’inscription à: kinomichi@ailesduvent.fr

Télécharger le flyer, le bulletin d’inscription

Le Kinomichi,
art de la relation, art du 21e siècle

Le Kinomichi, littéralement « Voie de l’Énergie », est une pratique où l’on recherche non seulement une détente du corps, mais une ouverture du cœur, un art d’être avec l’autre sans domination, ni passivité. Rien d’autre que l’harmonie. Telle est la force… tranquille du Kinomichi !

Le Kinomichi est issu de la longue tradition des arts martiaux

Masamichi Noro, maître d’Aikïdo, est envoyé en Europe par Morihei Ueshiba Sensei. Suite à un terrible accident de voiture le 4 mai 1966, et afin de reconstruire tout son être, il reconsidère son art tant sur le plan technique que dans son enseignement. Tout en puisant aux sources des traditions gestuelles du Japon, il s’ouvre à des idées nouvelles, à des perspectives originales, à des techniques occidentales et des conceptions du corps en mouvement développées en Europe à la fin du XXe (gymnastiques douces).

Le créateur du Kinomichi substitut ainsi au principe  strictement martial d’attaque défense, celui de contact avec soi, avec le sol mais surtout contact avec un partenaire.

À partir de 1971, son dojo devient un véritable champ d’expérimentation lui permettant de « sculpter dans le vivant ». Peu à peu s’esquisse un nouvel art de vivre se substituant aux techniques strictement martiales, et s’appuyant sur une efficacité différente. Il élabore autant un système de préservation de la vie qu’un art de la relation qui s’adresse aux amoureux du mouvement.

Les seize formes « d’attaque » se muent en formes d’approches ou d’accueil du partenaire, pour modifier et supprimer l’esprit guerrier de la pratique, au profit de déplacement plus chorégraphique. L’espace périphérique s’élargit, les deux pratiquants deviennent de vrais partenaires: aucun combat, aucune loi du plus fort comme dans la plupart des arts martiaux ; l’un reçoit, sans subir, la poussée énergétique de l’autre qui, lui, va répondre dans le respect de l’intégrité physique. L’harmonie est dans la présence à l’autre, dans l’écoute mutuelle. Des exercices s’inspirant de la gymnastique holistique apparaissent et permettent de se sensibiliser aux nuances de densité de contact dans les étirements spiralés. Une notion de réciprocité est introduite dans les exercices de préparation, ainsi que des massages en début de cours comme message de paix.

Un nouveau langage est créé dans le respect de la symbolique du Tao. En 1979 Masamichi Noro dépose le terme Kinomichi.

Un art du mouvement et de la relation

Toutes les pratiques corporelles en général évoquent les mêmes arguments : bien être, harmonie du corps et de l’esprit, souplesse et apaisement mental. La singularité du Kinomichi se distingue à travers ses spécificités : présence d’un partenaire, contact énergétique et léger, spirale et unité du corps, conscience corporelle, relation d’empathie sans domination qui en font un art différent et unique. Ses spécificités peuvent se résumer par les 5 « S »: Sourire, souffle, spirale, souplesse et spiritualité.

Si les aspects plus techniques ont leur importance, il est préférable de s’attarder et mettre en avant l’aspect relationnel de cet art et en particulier deux éléments :

Ce changement de paradigme par rapport aux arts martiaux traditionnels, en prenant corps réellement dans la pratique, en font un art à la pointe de l’évolution des arts du budo.

C’est un outil magnifique d’évolution, de travail sur soi dans le cadre de la relation à l’autre et de la recherche d’harmonie.

— Jean Michel Fradin



Jo & Boken

Jo (canne) et boken (sabre de bois) ne sont pas considérés en Kinomichi comme des armes à proprement parler, mais sont utilisés comme des outils de perfectionnement du mouvement.

Instruments de prolongement de soi, ils nous incitent à trouver de l’amplitude et de l’ouverture. Ils nous offrent une plus grande facilité pour visualiser le tracé des spirales dans l’espace.

Objets intermédiaires de contact, ils nous engagent dans un autre type de relation avec le partenaire, où « être centré » est indispensable, tout en étant au service d’une rencontre, dans la paix et l’harmonie.

Taïso, Tchi-Kong & Shiatsu Taïso

Il s’agit tout simplement des exercices préparatoires pratiqués avant le kinomichi. Ils ont ceci de particulier qu’il emprunte à la fois à la tradition japonaise (Aïkido) mais aussi aux courants des gymnastiques douces occidentales (Dr Erhenfried). Ils agissent sur la conscience du corps dans ses aspects posturaux, musculotendineux et osseux. Ils ont pour but d’accroître le potentiel vital et s’inscrivent de ce fait dans une pratique de santé respectueuse du corps.

Les cours ont lieu le samedi de 16h à 17h.

Tchi-kong

La pratique du Tchi-kong s’inspirera du Tchi-kong des yeux qui est reconnu pour améliorer l’acuité visuelle et prévenir le vieillissement de l’œil grâce à une pratique régulière. Il est excellent pour renforcer la vitalité de l’œil en cas de fatigue oculaire et de maux de tête, notamment pour ceux qui travaillent beaucoup sur écran d’ordinateur.

Il sera associé à d’autres méthodes de relaxation de l’œil et à une pratique de Tchi-kong ordinaire.

Les cours ont lieu le samedi de 15h à 16h.

Shiatsu

Pour la tradition médicale énergétique chinoise, le corps humain est sillonné de méridiens à travers lesquels s’écoule une énergie le « ki ». Cette énergie « ki » mise en évidence scientifiquement par les recherches sur l’acupuncture alimente les différents organes ou viscères au même titre que le sang ou l’influx nerveux.

Lorsque l’écoulement du « ki » est régulier, notre organisme est en bonne santé; s’il y a stagnation, c’est le début de troubles fonctionnels, c’est à dire de tous les petits ennuis digestifs, circulatoires… qui évoluent à terme vers la maladie.

Rétablir le bon équilibre du système d’énergie « ki » par une action manuelle qui repose sur le principe de tonification-dispersion est le but du shiatsu.

Le shiatsu s’attache au traitement de l’individu dans son ensemble et non à la suppression momentanée de tel ou tel trouble par simple pression du doigt. Le shiatsu concrètement Relation non verbale basée sur l’écoute corporelle, le shiatsu consiste à appliquer des pressions des mains, des doigts et des pouces et à effectuer des mobilisations articulaires et des étirements sur le trajet des méridiens. À qui s’adresse le shiatsu?

Les cours ont lieu le samedi de 14h à 15h.

Infos pratiques Contact

Jean Michel Fradin
kinomichi@ailesduvent.fr
06 32 01 34 64

Tenue

Tenue : souple, confortable, blanche ou tenue de Kinomichi, Zori ou sandales.

Lieux

Dojo de la Ferme de la Harpe, avenue Charles Tillon, 35000 Rennes (Quartier Villejean) [Carte]

Dojo du complexe sportif Robert Launay, Parc des Gayeulles, rue Pierre Nougaro, 35000 Rennes [Carte]

Horaires Kinomichi

Mercredi

19h30 : accueil 19h45–20h45 : cours débutants (initiation 1 & 2) 20h45–21h15 : cours débutants confirmés (initiation 3) 21h15–21h45 : Cours avancés (Les formes)

Les cours du mercredi ont lieu au dojo de la Ferme de la Harpe. En général, pas de séance pendant les vacances scolaires. Nous suivons le calendrier d’activités de la Ferme de la Harpe.


Samedi

9h30–10h : cours de boken, Jo 10h–11h : Cours débutant (initiation 1 & 2) 11h–11h 30 : Cours débutants confirmés (initiation 3) 11h30–12h : Cours avancés (Les formes)

Les cours du samedi ont lieu au dojo du complexe sportif Robert Launay.

Tarifs Kinomichi

Cours de découverte gratuit.
Cours d’une heure : 10€.
Demi-tarif pour les moins de 26 ans, gratuit pour les 15–18 ans.

Cotisation forfaitaire pour 30 semaines par saison.

Débutants : 210 € (1h), 360 € (2h) Débutant confirmé : 280 € (1h30), 420 € (3h) Hakama : 210 € (1h), 360 € (2h), 495 € (4h)

À la cotisation forfaitaire s’ajoute l’adhésion intégrant assurance obligatoire, adhésion association, KIIA, et licence FFAAA: 50 € pour l’année

Sur tous les tarifs sauf l’adhésion, une réduction (non cumulable) est accordée de 15% pour chercheur d’emploi, étudiant, Hakama ou l’un des conjoints.

La licence FFAAA est obligatoire, elle comprend l’assurance. Elle nécessite un certificat médical datant de moins de deux mois.

Cours de Jo & Boken

Offert pour tout pratiquant assidu et régulier de kinomichi.

Horaires et tarifs Taïso, Tchi-Kong & Shiatsu

Cours collectifs le samedi après-midi

14h-15h Shiatsu 15h-16h Tchi-kong 16h-17h Taïso
Un cours (1h) : 10€ 30 cours annuel : 210€ (soit 7€ heure)
Ressources Liens

L’association des enseignants de Kinomichi [lien]
Vous trouverez sur ce site le calendrier complet de tous les stages de kinomichi proposés par les différents instructeurs et enseignants, et la carte de tous les endroits où pratiquer le kinomichi avec toutes les coordonnées en France et dans le monde entier, ainsi que de nombreuses documentations sur le Kinomichi.

La fédération française d’Aïkido, Aîkibudo et disciplines affinitaires [lien]

L’association Spirale avec Jean Yves Foray à Cherbourg [lien]

L’association École des arts de vie avec Pascal Elouard à Nantes [lien]

L’association ALBA à Baden [lien]

Le site de Martine Larbat, auteure du livre Relier Corps et esprit [lien]

L’avenir est à nous, blog de Marie Clainchard [lien]

Bibliographie

La pratique du Kinomichi avec Maître Noro, Daniel Roumanoff, éd. Critérion, 1992.

Le Kinomichi, du mouvement à la création, Raymond Murcia, éd. Dervy, 1996.

Du zen au Kinomichi : les six dojo de Noro Sensei au fil du temps vrai, Georges Lamarque, édité par l’auteur, 2013.

Un sculpteur - le Kinomichi. Quel corps est modelé par le Kinomichi ?, Victor Labouret, édité par l’auteur, 2013.

Le Kinomichi : le chef d’œuvre de Maître Masamichi Noro, un art martial sans combat, Bernard Hévin éd. Dervy, 2014.

Relier corps et esprit, Taoïsme et philosophies indo-tibétaines, Martine Larbat, éd. Almora, 2016.